top of page

Le bénévolat win-win, le WWOOFing !

Par Jean-Cédric Jacmart.

 

Après trois années d’expérience en tant qu’accueillant reconnu par l’organisation WWOOF Belgique, il me tenait à cœur de publier un article qui puisse contribuer à faire connaître toutes les opportunités merveilleuses qu’offre ce mode de volontariat dans le monde de la paysannerie. Ce blog vous donnera peut-être l’envie de tenter l’expérience en tant que bénévole ou en tant qu’hôte. Au travers de cet article, j’aimerais exprimer ma profonde gratitude pour le travail acharné des fondateurs et des coordinateurs de WWOOF Belgique ainsi que pour les WWOOFers qui ont enrichi et marqué nos cœurs de manière indélébile à la ferme de Desnié.


WWOOfer entre ami-es, ça renforce les liens.

Le blog est articulé en deux parties. La première, donne quelques conseils à destination des personnes qui envisagent de faire du WWOOFing. La deuxième partage notre retour d’expérience à destination des hôtes. Pour les candidats « hôtes », en fin d’article, il y a même deux bonus qui pourraient vous être utiles.

 

Cependant, avant d’aller plus loin dans la lecture, une description s’impose pour ceux qui découvrent le WWOOF pour la première fois.

 

WWOOF, KEZAKO ?*

Worldwide Opportunities on Organic Farms (WWOOF) est un mouvement mondial qui met en relation des bénévoles avec des fermes bio et paysannes. Le but est d’encourager les échanges culturels et l’éducation à la terre, et de construire une communauté mondiale sensible aux pratiques agricoles durables. WWOOF est un programme culturel et éducatif axé sur l'agriculture paysanne durable. Les bénévoles, ou « WWOOFeurs », partagent la vie quotidienne de leur hôte et s'initient à l'agriculture paysanne et aux pratiques durables en passant environ la moitié de chaque journée à aider à la ferme. Les hôtes offrent le logement et les repas aux bénévoles, sans qu'il y ait d'échange d'argent entre les hôtes et les WWOOFeurs.

WWOOF rassemble des personnes venant de tous horizons qui partagent les mêmes valeurs de respect du vivant et d'ouverture vers le monde.


* Description telle que reprise sur le site de WWOOF. Vous trouverez toutes les informations à destination des candidats bénévoles et des hôtes sur https://wwoof.be/fr/ ainsi que les 132 pays qui s’offrent à vous sur https://wwoof.net/

 

LE WWOOFing, POUR QUI, POURQUOI ?

Il y a probablement autant de raisons de découvrir le bénévolat en milieu rural qu’il y a de WWOOFeurs. Sur base des bénévoles qui sont venus à la ferme de Desnié, nous avons identifié diverses motivations pour vivre l’expérience du WWOOF :


Un « break » pour les étudiants universitaires.

Après plusieurs années d’études, des étudiants ressentent le besoin de faire une césure avant d’entamer un autre cursus universitaire ou avant de se lancer dans une première expérience professionnelle. Après de nombreuses années studieuses, « enfermés » et «vissés » sur une chaise, ils ressentent le besoin de se « dérouiller » physiquement et d’être en contact avec le monde extérieur, en pleine nature.


La fenaison à la ferme, un événement collectif inoubliable.

La découverte culturelle et linguistique.

Nous avons été sollicité par des personnes non francophones désireuses de pratiquer la langue française, qui avaient soif de découvrir notre région et notre culture.


Notre conseil : assurez-vous de maîtriser un minimum la langue de votre hôte avant de réserver votre séjour. Dans le cadre d’une ferme paysanne, vous serez régulièrement confronté à un jargon technique et agricole. La qualité de communication est importante pour les deux parties afin d’éviter des malentendus et des erreurs techniques qui pourraient avoir des conséquences négatives pour votre hôte et pour vous-même.

 

Voyager à bas coûts.

Hormis les frais de transports, WWOOFer permet d’être hébergé et nourri gracieusement. C’est une aubaine pour les personnes en quête de découverte culturelle et de voyage à petit budget.


Notre conseil : gardez à l’esprit que le WWOOFing n’est pas synonyme de farniente ou des vacances au grand air. Si vous projetez de donner un coup de main une ou deux heures par jour, vous allez vite déchanter et vous risquez d’avoir des tensions avec votre hôte qui s’attend certainement à un engagement plus sérieux de votre part.

 

La quête de sens personnel et d’inspiration.

Il m’arrive régulièrement de conseiller le WWOOF pour les jeunes adultes en décrochage scolaire et/ou en tension avec leur parents.

 

Le WWOOF est une opportunité unique pour changer d’air, découvrir le monde, s’éloigner du cocon familial et vivre en quelque sorte, un rite de passage vers un monde adulte et responsable. WWOOFer c’est aussi apprendre à se prendre en charge, améliorer l’estime de soi et se découvrir. Et pourquoi pas, envisager un métier en lien avec la terre et le vivant. Nous avons accueilli des personnes en transition qui avaient besoin de…

  • profiter d’un temps libre entre deux emplois professionnels

  • faire le point dans leur vie affective 

  • changer d’air car elles étaient en épuisement (burnout)

  • se sevrer d’une addiction (alcool, …)


Notre conseil : si vous êtes en burnout, de notre point de vue, nous invitons à la plus grande prudence avant de réserver une expérience WWOOF. Bien que le bénévolat ne soit pas un « job » à proprement parlé, il requiert une bonne dose d’énergie, de capacités physique et mentale. Dans le doute, parlez-en à votre médecin avant de vous inscrire et soyez transparent avec votre hôte.

Même chose pour les personnes sous emprise de l’alcool et/ou de drogues. Soyez conscients que ces produits sont généralement interdits sur les lieux de WWOOFing !

 

Le besoin de liens humains.

WWOOFer, ce sont de nombreux échanges lors des tâches dans les jardins ou lors des soins aux animaux. C’est aussi vivre de riches moments lors de la préparation et lors du partage des repas. C’est l’occasion d’entendre des récits de vie touchants et souvent inspirants. Ce sont souvent des grands moments d’humanité qui laissent des souvenirs impérissables et qui créent des liens d’amitiés profonds.


La plupart du temps, l'alchimie est au top entre les WWOOfers !

La découverte du monde paysan.

Le monde agricole et celui de la production alimentaire sont souvent des secteurs méconnus et mystérieux pour la plupart de nos contemporains. Un séjour WWOOF est l’occasion rêvée de découvrir la réalité du monde paysan, ses rythmes, ses valeurs, ses contraintes et ses émerveillements. Nous avons également accueillis des personnes qui souhaitaient améliorer leur technique de jardinage au potager au travers des savoir que nous avions à cœur de transmettre. WWOOFer c’est aussi l’occasion de se frotter à la réalité d’une ferme pour les personnes qui envisageraient de se lancer à leur tour dans l’aventure agricole et paysanne.


Mettre la tête, le coeur et les mains en contact avec la terre, un retour aux sources !

Le besoin de contribution.

Ce point-ci est l’un des aspects cardinaux du WWOOFing. Il s’ajoute naturellement aux différentes motivations mentionnés dans cet article. De nombreuses personnes sont conscientes de la charge mentale et physique engendrée par la vie rurale et paysanne. WWOOFer c’est contribuer à soutenir les hommes et les femmes qui produisent de l’alimentation avec des valeurs éthiques fortes, face aux monstres du business agroalimentaire qui sapent le Vivant.

 

Le retour à la nature et au calme.

Les lieux d’accueils sont situés pour la plupart dans des régions rurales éloignées de la trépidation des villes. Chaque jour, les bénévoles ont l’opportunité de contempler  de magnifiques paysages, de lire dans un coin au calme dans des jardins, d’aller au contact des animaux de la ferme et de randonner seul ou en groupe. L’immersion dans la nature offre un cadre introspectif et méditatif incontournable lors d’une expérience WWOOF.


WWOOfer en couple, une belle manière de partager des valeurs communes.

Et pour terminer, voici deux conseils pour les candidats au WWOOF.

  • Si vous estimez que la description d’un lieu d’accueil manque de précision, n’hésitez pas à écrire et poser des questions à un hôte pour que vous puissiez avoir les idées claires avant de vous rendre sur votre lieu de bénévolat. Certains hôtes seront ravis d’avoir une conversation téléphonique, WhatsApp ou en visioconférence pour répondre à vos questions.

  • Essayez de rester au minimum 15 jours sur place. Cela vous permettra de vous familiariser avec l’hôte, le lieu et de pouvoir prendre un rythme agréable avec davantage d’autonomie. En général, cette formule est également plus agréable pour l’hôte qui pourra davantage vous faire confiance dans le cadre de la délégation de certaines tâches.

 

DEVENIR HOTE, CA SE PREPARE !

Pour être franc, devenir hôte est une activité qui prend de l’énergie et qui requiert une charge mentale qui va s’ajouter à celle de votre activité. Pour que cette aventure se déroule au mieux, tant pour les bénévoles que pour vous, je suggère aux candidats « hôtes » de prendre le temps de créer le cadre de la gestion de l’activité WWOOF. A la ferme de Desnié, nous avons une méthode rigoureuse qui nous a permis d’alléger cette activité d’accueil et d’encadrement pour le plus grand bénéfice de tous, notamment en minimisant les tensions et les frustrations entre les parties.


Voici nos petits secrets que nous vous partageons volontiers.

  • Répondez aux sollicitations des candidats bénévoles par mail dans les 24 heures au plus tard. Si vous êtes lents, les candidats s’en iront ailleurs.

  • Imposez vos règles de calendrier car cela facilitera la gestion de vos « arrivées » et « départs ». A la ferme de Desnié, les départs s’opéraient en général le dimanche en matinée et les arrivées le dimanche en fin de journée. Cela évitait de perturber le lancement de la journée du lundi matin par des arrivées tardives.

  • Ne cédez pas à la tentation d’accepter des séjours courts si cela ne vous conviendraient pas. Il vaut mieux ne pas avoir de bénévoles que de perdre son énergie à se « sur adapter » à eux. N’oubliez pas que cela peut prendre beaucoup énergie et rendre la gestion de votre calendrier plus compliquée.

  • Réclamez une confirmation écrite pour les dates de séjour (avec le jour d’arrivée) et renvoyer une confirmation par mail.

  • Tenez un calendrier à jour de manière rigoureuse. Nous avions trois calendriers en Excel sur notre Google Drive car nous mettions à disposition deux chambres et une tente dans le jardin.

  • Relancez vos bénévoles par mail quelques semaines avant leur arrivée. Certains nous ont posés des « lapins »  et c’est fâcheux de s’en rendre compte… la veille.

  • Soyez transparents et authentiques sur vos attentes dans votre présentation. Cela vous évitera des déconvenues (voir document PDF en fin d’article à titre d’exemple).

  • Mettez une literie de qualité à la disposition de vos bénévoles ainsi que des couettes et des couvertures chaudes pendant les périodes fraîches.

  • Prenez le temps d’accueillir chaleureusement vos bénévoles. C’est le moment le plus important du séjour ! Vous pourriez éventuellement déléguer la première visite du lieu à un WWOOfer qui est présent depuis un moment. En revanche, ne déléguez en aucun cas la transmission des procédures typiquement agricoles (irrigation, élevage, …) sans quoi, vous risquez de solides couacs (oublis, problèmes liés aux normes d’hygiènes, procédures de traçabilité alimentaires, accidents avec les animaux, …).

  • Soyez à l’écoute et ouvert d’esprit quant aux besoins et allergies alimentaires de vos bénévoles. Fournissez-leur une alimentation 100% de qualité biologique.

  • Accordez-leur un peu de votre temps libre pour leur faire découvrir les sites touristiques et culturels typiques de votre région en soirée ou le weekend. En particulier pour les bénévoles qui restent plusieurs semaines chez vous. Ils vous en seront très reconnaissants.

  • Si les WWOOfers ont leur propre cuisine, prenez le temps de manger avec eux régulièrement car ils sont également venus pour échanger de manière conviviale avec vous et apprendre au travers de votre expérience de vie personnelle et professionnelle.

  • Pour les petits bobos, prévoyez une boîte de premier soins bien visibles et complète. Soyez à l’écoute de leur bien-être. Si vous détectez un mal être ou une tension, prenez le temps de dialoguer.

  • Soyez indulgents. Ils ont le droit de faire des erreurs. Plus vous serez à leur côté, moins ils en feront !

  • Prenez le temps d’expliquer les tenants et aboutissements des coups de main que vous sollicitez. Votre transmission de savoir est un aspect très important du WWOOFing.

  • Si vous avez des collaborateurs ou des salariés sur votre ferme, transmettez leur la charte du WWOOFing pour qu’ils puissent comprendre et intégrer les principes du volontariat. Et par conséquent, ne pas les confondre avec des travailleurs saisonniers !

  • Mettez des instructions visibles pour faciliter la vie de vos bénévoles et la vôtre ! Par exemple, affichez dans chaque chambre les consignes des tâches à effectuer le jour du départ ou affichez dans le salon les consignes de sécurité pour gérer un insert à bois sans mettre le feu à votre logis (c’est du vécu !).

  • Installez dans le local des WWOOFers, un tableau hebdomadaire qui reprend la répartition des tâches, les horaires souhaités avec les prénoms.


En résumé, prenez le temps de bien préparer l’organisation de l’activité de WWOOF. Si votre organisation est réglée comme une horloge suisse, vous aurez du plaisir à accueillir les bénévoles et ils vous le rendront bien.

Comme promis en début d’article, je partage avec plaisir deux « bonus » à l’attention des hôtes ou candidats hôtes. Il s’agit de deux documents PDF qui vous permettront d’informer avec précision les candidats bénévoles au sujet de la réalité du terrain et sur celles de vos attentes. Et par conséquent, de vous offrir l’opportunité d’accueillir les personnes les plus en phase avec votre activité. Ces documents ont été conçus spécifiquement à l’initiative de la ferme de Desnié et son partagés à titre purement informatifs. S’ils le souhaitent, les hôtes peuvent s’en inspirer, les modifier et les personnaliser à leur guise.


Le document « cadre du WWOOFing » envoyé par mail dès la réception d’une demande de WWOOFing :


WWOOF_presentaion_fermeXXX
.pdf
Download PDF • 101KB

Le document de « bienvenue avec les toutes les informations utiles » imprimé et affiché bien en vue des WWOOFers dans le logis.


Bienvenue à la ferme - guide WWOOF
.pdf
Download PDF • 111KB

 

NOTE : en 2024, nous avons suspendu l’accueil de WWOOFers à la ferme de Desnié. Le projet étant en transition, nous n’avons pas suffisamment de personnes « encadrantes » pour pouvoir assurer une expérience de qualité aux WWOOFers. Nous espérons pouvoir reprendre l'accueil de WWOOFers en 2025.

 

A propos de l’auteur :


Jean-Cédric Jacmart est la personne source de la ferme de Desnié et de la coopérative Le Petit Monde de Desnié. Passionné par l’éthique et les outils offerts par le mouvement de la permaculture depuis 2013, il est animé par le questionnement de l’empreinte écologique et des dégâts infligés à l’environnement par les activités humaines. Il a suivi plusieurs cours certifiés de Design en permaculture (PDC/CCP), notamment à la ferme du Bec Hellouin en Normandie, au Viel Odon en Ardèche et en Jordanie dans la cadre de l’opération « Greening the desert » avec Geoff Lawton.

Formateur, auteur et designer, il est le co-fondateur des bureaux de design en permaculture Padia et Canopy Design, qui conçoivent des projets de fermes et de lieux productifs, résilients, soutenables et solidaires en Belgique, Luxembourg, France, Espagne, Maroc, …






 

Comments


bottom of page