top of page

La véritable histoire de la permaculture - Offrir des perspectives positives pour le futur !

Par Jean-Cédric Jacmart – Fondateur de la ferme de Desnié

Article adapté et enrichi en juin 2023 sur base de l’article écrit en 2007 par Steve Payne et Russ Grayson pour le New Internationalist magazine.


Préambule


L’histoire de la permaculture est souvent décrite assez sommairement comme le fruit de la rencontre de Bill Mollison et de David Holmgren, respectivement professeur et élève au sein d’une université australienne dans les années 1970. En réalité, de très nombreuses autres personnes ont paricipés à l’essor de ce mouvement qui s’est répandu comme une traînée de poudre dans le monde entier. Des événements déclencheurs sociaux, politiques, environnementaux ont largement contribué à l’émergence de la permaculture, une méthode de conception de systèmes autonomes et durables, fonctionnant en harmonie avec les écosystèmes naturels.


Que vous soyez simplement curieux, étudiant ou professeur de design en permaculture, cet article a pour vocation de vous faire découvrir les ferments qui sont à l’origine de ce mouvement pour que vous puissiez comprendre l’infinie profondeur de cette approche éthique et conceptuelle. C’est aussi l’occasion de rendre hommage à ceux et celles qui ont contribués par leur générosité, leur engagement et leur recherche au développement d’outils et de savoirs qui ont permis de transformer et d’améliorer la vie de centaines de milliers, voire de millions de personnes, directement et indirectement partout dans le monde.


Comme il n’y a pas de hasard, et par effet miroir, vous découvrirez également que les événements et les tensions des années 1970 ressemblent farouchement… à ceux que nous vivons actuellement depuis les années 2000 jusqu’à cette année 2023. En espérant que la découverte des origines de la permaculture puisse vous donner envie de vous y intéresser davantage et d’essaimer un mouvement riche, rassembleur et transformateur, tant individuellement que collectivement.


Bonne lecture !


Hommage à deux visionnaires


Joseph Russell Smith était un économiste, érudit et géographe américain. Dans son livre de 1929 Tree Crops: A Permanent Agriculture, il a utilisé un terme antécédent pour la permaculture. Le livre est un résumé de ses vastes expériences avec les fruits et les noix comme cultures vivrières et fourragères. Smith voyait le monde comme un tout interdépendant et a suggéré des systèmes mixtes d'arbres et de cultures en dessous. Ce livre a inspiré de nombreuses personnes désireuses de rendre l'agriculture plus durable, comme Toyohiko Kagawa qui a été le pionnier de l'agriculture forestière dans les années 1930.


Dans le courant des années 1940, Percival Alfred Yeomans, ingénieur minier en Australie, a développé un système de gestion hydrologique appelé « système Keyline ». Ce concept permettait l'augmentation de la fertilité des terres au travers d’aménagements complexes de systèmes d’irrigation et de stockage de l’eau dans le paysage. Cela permettait de rendre l’agriculture et l’élevage plus productifs et résilients. À la mort tragique de son beau-frère dans un incendie de prairie, Yeomans a repris la gestion d'une vaste étendue de terre qu'il a nommée plus tard Nevallan en Nouvelle-Galles du Sud. Ses principes ou concepts de Keyline Design ont été adoptés par les propriétaires de fermes dans presque tous les pays du monde. Les concepts Keyline de Yeomans font désormais partie du programme de nombreux cours d'agriculture durable dans les collèges et universités du monde entier. PA Yeomans a écrit de nombreux ouvrages, dont notamment Le plan Keyline, Le défi du paysage, De l'eau pour chaque ferme et La forêt de la ville. Ses idées ont également été un facteur clé dans le développement de la conception de la permaculture et elles ont largement inspirés les co-inventeurs du concept de la permaculture.


Gestion hydrologique en Keyline sur la première propriété « Yobarnie » de Yeomans, en Nouvelle-Galles du Sud (Australie) sur 307 hectares, composé de 15 barrages.

Une rencontre déterminante


L’histoire de la permaculture commence au début des années 1970 en Tasmanie, en Australie. Elle débute avec deux hommes, un enseignant et un élève. En étudiant leurs parcours familiaux et académiques, on comprend mieux les influences qui ont mené ces deux fortes personnalités à collaborer… et qui allait créer un concept novateur à partir de l'agitation sociale et politique de cette époque.


Bill Mollison, le professeur.

Bruce Charles Mollison, alias Bill Mollison est né en 1928 dans le petit village de pêcheurs de Stanley, sur la côte du détroit de Bass de la Tasmanie froide et tempérée. Il a quitté l'école à 15 ans pour participer à la gestion de la boulangerie familiale. Parmi les emplois qui ont suivi, il a été ouvrier en usine, marin, trappeur et pêcheur de requins. Parcours étonnant pour celui qui deviendra par la suite écologiste et qui le mènera à passer neuf années à la Wildlife Survey Section du CSIRO (l'organisation gouvernementale australienne de recherche scientifique), puis à la Commission des pêches intérieures de Tasmanie. Ces deux derniers emplois l'ont mené à de longs séjours dans les forêts sauvages et les côtes de Tasmanie, surveillant de près la vie de ces écosystèmes. C'est l’immersion dans la nature qui a formé les idées de Mollison sur l'écologie et sur la façon dont la satisfaction des besoins humains, comme par exemple l'agriculture, pourrait utiliser ces structures et les processus qu'il a observés.

En 1968, Mollison est devenu tuteur à l'Université de Tasmanie, à Hobart, et, plus tard, maître de conférences en psychologie environnementale. C'est dans ce rôle qu'il s'est lié à un étudiant du Tasmanian College of Advanced Education, David Holmgren. C’est précisément là que les graines de la permaculture ont été semées.


David Holmgren, l’élève.

David Holmgren est né en 1955 et a grandi de l'autre côté du continent australien à Fremantle, en Australie-Occidentale, avec des parents militants politiques.

Après avoir obtenu son diplôme de John Curtin Senior High School en 1972, il a passé un an à faire de l'auto-stop en Australie avant de déménager en Tasmanie en 1974 pour étudier la conception environnementale (mais gravitant vers la conception paysagère, l'écologie et l'agriculture). C'est au cours de la brève mais intense association entre Mollison et Holmgren, débattant des idées dans le salon de Mollison, que l'épine dorsale du concept de permaculture a été formée.

Peu de temps après avoir conçu le concept original du système de conception de la permaculture, David a commencé à créer sa petite exploitation rurale, Melliodora, dans le comté d'Hepburn dans le centre de l’Etat de Victoria en Australie. (1)


« Aucune perspectives positives pour le futur »


Mollison a écrit à propos de cette époque : « Pour beaucoup d'entre nous qui ont vécu l'effervescence de la fin des années 1960, il ne semblait y avoir aucune perspective positive, même si presque tout le monde pouvait comprendre les aspects de la mondialisation qu'ils rejetaient. Ceux-ci comprenaient les menaces militaires de guerres nucléaires, l'exploitation impitoyable des terres, l'arrogance des pollueurs et une insensibilité générale aux besoins humains. Un monde contraire à l'éthique qui passait plus de temps à tuer des gens qu'à protéger la terre ou à aider les personnes. De 1972 à 1974, j'ai passé du temps, dernièrement avec David Holmgren, à développer une science interdisciplinaire de la terre - la permaculture - avec un potentiel de rayonnement positiviste, intégré et mondial."


Mollison a déclaré qu'à la fin des années 1970 et à la suite du rapport Limits of Growth du Club de Rome (2) , les gouvernements et les banquiers craignaient de plus en plus que le monde ne manque de ressources.

"Mais personne n'avait d'idées à long terme et je voyais clairement ce qu'il fallait faire", a-t-il déclaré. "Il fallait rassembler une armée d’acteurs de terrain en permaculture pour enseigner les idées de production alimentaire durable."


Nature et intelligence


De son côté, Holmgren était attiré par l'environnement naturel et intellectuel de la Tasmanie. Il a également été attiré par l'école de design environnemental de Tasmanie dirigée par l'architecte et éducateur de Hobart, Barry McNeil. Selon Holmgren, c’était à l'époque «l'expérience la plus radicale de l'enseignement supérieur en Australie», attirant des étudiants en design de toute l'Australie et du monde.


"Dans cette pépinière intellectuelle, j'ai rencontré Bill Mollison, dont la vie et les idées faisaient un pont créatif entre la nature et la civilisation et entre la tradition et la modernité", a écrit David Holmgren.


Holmgren dit qu'on lui demande parfois pourquoi la permaculture a émergé d'un endroit comme la Tasmanie. Sa réponse : « C'est un endroit où la modernité et la nature se heurtent, à la fois de manière destructrice et créative ».


Cela peut être aperçu en bordure de la ville de Hobart qui jouxte avec les hautes forêts d'eucalyptus qui habillent les pentes inférieures du mont Wellington. La montagne, avec ses falaises abruptes de dolérite connues sous le nom de tuyaux d'orgue, est parfois couverte de neige en hiver où il attrape les vents froids et humides connus sous le nom de quarantièmes rugissants. Il domine la ville, une présence à la fois physique et dans l'esprit des habitants qui regardent instinctivement vers le sommet pour une indication de la météo ou, peut-être, pour se rappeler qu'ils habitent l'une des villes les plus belles d'Australie. Sur ses pentes inférieures, sous le vert olive de ces forêts d'eucalyptus, se trouve la propriété où est né le concept de permaculture. A quelques kilomètres dans une direction se trouve le centre-ville. De l'autre, bien au-delà de l'horizon, la grande nature sauvage tempérée et fraîche du sud-ouest de la Tasmanie.


Le Sud-Ouest était peut-être sauvage, mais il n'était pas inviolable. La Commission Hydroélectrique, politiquement puissante, regardait avec envie - au moment où la permaculture était en train d'éclore - ses rivières sauvages et songeait à les endiguer. Cela a donné lieu à une conscience environnementale croissante qui s'est développée en Tasmanie à cette époque, mais c'était une conscience apparemment inconsciente des idées de permaculture, étant orientée vers la préservation et conservation de la nature sauvage. Lorsque cette conscience est devenue consciente d'elle-même et a formé le premier mouvement environnemental de Tasmanie, elle est passée à une politique d'opposition, les menaces pour l'environnement étant perçues comme si grandes. Ce fut le début d'un mouvement de masse qui culminera avec la victoire sur la rivière Franklin.


On ne sait pas jusqu’à quel point le premier mouvement environnemental a alimenté le concept émergent de permaculture, mais il a sûrement préparé le terrain pour cela d'une manière conceptuelle et idéologique. Sur les pentes inférieures du mont Wellington, Bill Mollison était sûrement conscient de la force croissante de ce mouvement.

Holmgren le reconnaît, affirmant que "l'environnement physique et culturel qui a donné naissance à la permaculture a également produit le premier parti politique vert au monde". En 1972, a été formé le United Tasmania Group (UTG), qui en évoluant est devenu le Tasmanian Greens. Il a été le premier parti vert authentique dans la mesure où il avait pour cœur la politique environnementale.


Holmgren dit que le mouvement australien de l'agriculture biologique a également germé en Tasmanie. En fait, Mollison était un membre fondateur de la Tasmanian Organic Gardening and Farming Society, la même organisation dont Peter Cundall, qui des décennies plus tard devait animer Gardening Australia sur la télévision ABC .


1976 – 1981 – Essaimer


La permaculture a fait sa première apparition sur la scène mondiale en 1976 dans un article du bulletin Tasmania's Organic Farmer and Gardener publié par la Tasmanian Organic Gardening and Farming Society. Il s'intitulait A Permaculture System for Southern Australian Conditions - Part One et a été écrit par Bill Mollison et David Holmgren.


Max Lindegger en 2008


Max faisait partie de l'équipe qui a établi le Crystal Waters Permaculture Village (3) dans le sud-est du Queensland et a joué un rôle déterminant dans la diffusion de la permaculture en Australie dans ses premières années.


Sur le continent Australien, Mollison a été interviewé à la radio nationale par Terry Lane. Ce qui a déclenché une avalanche d'intérêts et de controverses.


Un pionnier clé de la permaculture en Australie, Max Lindegger, qui a ensuite conçu le premier éco-village de permaculture au monde, Crystal Waters, a déclaré que c'était une période fascinante. Max, vivant à des milliers de kilomètres au nord dans le Queensland, a lu ce premier article et s'est rendu compte que "... c'était exactement ce que je ressentais mais que je n'avais pas pu mettre en mots" - un sentiment commun des gens à l'époque et aujourd'hui encore. Il a invité Mollison à venir dans le nord pour une tournée de conférences.


En 1976, Max a formé ce qui a peut-être été le deuxième groupe de permaculture existant, Permaculture Nambour. Les réunions avaient lieu chez lui et, fait intéressant, il y reçoit toujours du courrier pour l'organisation.

La permaculture commençait à attirer l'attention, mais il a fallu encore deux ans à ce riche ferment pour produire le premier livre sur la permaculture – Perma-culture 1 – Une agriculture pérenne pour l'autosuffisance et les exploitations de toutes tailles. Il a été publié en 1978 avec la paternité conjointe de Mollison et Holmgren.


Dans l'introduction du livre, les auteurs commentent : « Le concept de permaculture a captivé l'imagination de centaines de personnes en Australie où nous avons donné des descriptions verbales et de courts résumés du système. Cela pourrait bien avoir un impact plus large, car le moment semble venu pour une telle synthèse dans un monde menacé par des famines, des poisons chimiques, l'érosion des sols et la déplétion rapide des sources d’énergie."


L'année 1978 est une année importante pour le développement de la permaculture. En plus de Permaculture One, apparaissait également cette année-là le premier magazine de permaculture - initialement appelé, simplement, Permaculture. Son rédacteur en chef était Terry White, un résident de la ville victorienne de Maryborough, sur le continent australien.


À propos de l'interview radio de Mollison, Terry White dit : « J'ai trouvé ça galvanisant. L'interview de Bill a profondément stimulé mon imagination." À tel point qu’il a invité Bill à se rendre à Maryborough pour une réunion publique.


« À cette époque », dit Terry, « on s'inquiétait beaucoup à propos du chômage des jeunes. Pour tenter de résoudre ce problème, la ville de Maryborough avait lancé deux coopératives d'emploi, l'une fabriquant des vêtements et l'autre des remorques pour vélos. Un centre de technologie alternative prévoyait la création d'un centre de démonstration. La salinité des terres arides suscitait de vives inquiétudes, attribuées à l'abattage des arbres et à l'augmentation des eaux souterraines salines dans la région. C'est ce contexte de préoccupation concernant le chômage des jeunes et la dégradation des terres qui a fourni un cadre réactif pour la discussion sur la culture permanente - la permaculture - et l'accent mis sur des solutions positives et pratiques pour l'ensemble du système."


Permaculture One a été imprimé à Maryborough. La ville est restée une plaque tournante importante pour le mouvement de la permaculture pendant ses dix premières années. Elle a accueilli deux conférences sur la permaculture et deux des premiers cours de conception en permaculture de dix jours. Le premier cours de permaculture a eu lieu en Tasmanie en 1978.


Au-delà de Maryborough…


Selon David Holmgren, il n'y avait pas que Maryborough qui était prête pour le message de la permaculture. « À l'époque, il y avait un foisonnement de nouvelles solutions environnementales positives en réponse à un sentiment de crise, notamment à celui de la crise énergétique », dit-il. L'inquiétude suscitée par l'approvisionnement énergétique était la conséquence de la réduction de l'offre menée par l'OPEP qui a déclenché la crise pétrolière de 1973 et qui a conduit au rationnement dans certains pays occidentaux.


Le travail de Terry White a été essentiel au développement précoce de la permaculture. Terry dit que les gens étaient réceptifs à Mollison parce que « … il défendait quelque chose plutôt que contre les choses."


"Bill avait des solutions positives et pratiques aux problèmes… aux vrais problèmes. Il est apparu comme un acteur, pas un bavard. Il a proposé qu'au lieu d'attendre des initiatives de la part du gouvernement ou de bailleurs de fonds, nous allions simplement faire ce qui était nécessaire. Les gens ont trouvé cette approche stimulante… elle a libéré de l'énergie. La permaculture a peut-être été considérée comme un peu marginale, mais elle était pratique."


« Pendant son séjour à Maryborough, Bill a été invité à visiter la décharge et les bassins de décantation des eaux usées. Ses suggestions pour l'utilisation productive des déchets de ces deux sites ont été prises au sérieux par le conseil et un plan pour l'utilisation productive des déchets des eaux usées a été publié dans la première édition du journal trimestriel Permaculture de l'association nationale de permaculture."


« J'ai été attiré par l'idée de Bill de voir les problèmes comme des solutions, de recadrer les questions comme des solutions positives. Il y avait aussi l'approche systémique de la permaculture – c'est une façon holistique de voir les choses. »


« La permaculture, pour moi, est un modèle de développement communautaire… une approche à la base ».


L'élan de la réunion de Maryborough a conduit à un autre des premiers groupes de permaculture en Australie, puis à la National Permaculture Association.


"Avant cela", dit Robyn Francis, "Bill Mollison a séjourné de 1976 à 1977 à l'étranger, rassemblant des idées qui trouveraient une place dans l'idée encore en développement de la permaculture".


Esprit, provocation et charisme


Bill Mollison est réputé pour son esprit, son style provocateur et son charisme. Max Lindegger se souvient du premier cours de conception en permaculture, dispensé par Mollison pendant trois semaines en 1979, avec 18 participants « invités » de toutes les régions du pays. Le lieu était un vieil hôtel à Stanley.


Il dit que l'impact sur les personnes impliquées a changé leur vie et que beaucoup sont devenus une force motrice pour le mouvement. Des dizaines de milliers de personnes ont depuis suivi des cours de conception et d'introduction pour travailler sur des projets ou dans leurs communautés à travers le monde.


En 1979, Mollison publie Perma-culture 2, axé sur le design. En 1981, encore aux balbutiements de la permaculture, il reçoit une reconnaissance internationale avec un Right Livelihood Award, parfois appelé le « prix Nobel alternatif ». Dans son discours de remerciement, il a déclaré : « Toute ma vie, nous avons été en guerre contre la nature. Je prie juste pour que nous perdions cette guerre. Il n'y a pas de vainqueurs dans cette guerre..."


Les années 1980 – un réseau en pleine croissance


La publication du magazine Permaculture a été déterminante pour l'histoire et la diffusion du système de conception en permaculture. Comme son successeur éventuel, le Permaculture International Journal, il a réuni un réseau géographiquement dispersé de praticiens émergents de la permaculture. Le magazine Permaculture a été la première publication à souligner le rôle important des médias dans la diffusion du système de design. Ce serait plus que amplement démontré plus de 15 ans plus tard avec la diffusion de la série télévisée Global Gardener .


Au tournant de la décennie, les échos du système de conception de la permaculture se répandaient et, selon Terry White, au milieu des années 80, les dix groupes de permaculture en Australie étaient passés à environ 80 dans le monde. En 1987, avec la contribution clé de Robyn Francis, Permaculture International Ltd a été constituée pour étendre la distribution de Permaculture International Journal et pour soutenir le réseau mondial en pleine croissance.


La permaculture a également continué à progresser à travers des livres, en particulier la corne d'abondance d'idées de 576 pages de Mollison en 1988, Permaculture - A Designers' Manual (4) auto-publiée par sa propre société, Tagari.


A cette époque, les premiers adeptes de la permaculture ont enseigné le système de conception spécifique établi par Mollison. Il y avait Max Lindegger et Robyn Francis (5), aujourd'hui basés au centre de formation Djanbung Gardens dans le nord de la Nouvelle-Galles du Sud, qui ont enseigné son premier cours de conception en permaculture à Sydney. Elle a joué un rôle déterminant dans l'acceptation d'un sujet facultatif en permaculture dans le cours d'horticulture TAFE au Ryde College.


L’arrivée de Rosemary Morrow


Rosemary Morrow.

"Janice Haworth a dit qu'il y aurait un cours de permaculture avec Robyn Francis à Newtown et que ça pourrait me plaire", dit-elle. "J'étais méfiante au début, mais j'ai vite réalisé que c'était une approche qui m'enchantait... c'était interactif et interconnecté avec de nombreuses disciplines."


La ville de Katoomba est la plus grande des petites villes et villages alignés le long de la Great Western Highway où elle traverse les Blue Mountains. C’est dans une modeste maison construite en briques qu'elle réaménage pour l'efficacité énergétique, hydrique et pour la production alimentaire, que vit une femme qui a beaucoup accompli pour le mouvement de la permaculture, Rosemary Morrow.


Rosemary est devenue quaker en 1978, dit-elle, l'année où Permacultre One a été publié. Rosemary se souvient des débuts de la permaculture. «Ils étaient vraiment chaotiques. L'information était partout et certaines d'entre elles étaient pertinentes à l'époque, mais aujourd'hui, elles sont assez datées. Certaines des affirmations étaient extravagantes et non réalistes. Tout semblait si simple. Il m'a fallu des années pour réaliser que le design était le sujet principal et que la science des réseaux était la clé de tout. Ma formation en sciences agricoles et environnementales et en horticulture m'a aidé à comprendre cela à un niveau plus profond. C'était très attrayant car toutes ces disciplines s’intégraient dans un même cadre."


La permaculture est devenue ma vocation


"Les différents cours de conception en permaculture étaient souvent assez inconstants et personne n'avait une idée du niveau de compétence et des connaissances que les participants devaient intégrer à l’issue du cours. Au départ, il a été enseigné par des passionnés sans aucune compétence pédagogique. Copier Bill Mollison aurait pris la forme d’un monologue de 72 heures que peu de gens pouvaient imiter."


« J'étais aussi intrigué par un cours qui commençait par l'éthique… aucune de mes autres études n'avait jamais mentionné ce mot. Il y avait une correspondance entre le quakerisme et la permaculture. Ils avaient en commun des choses comme l'attention portée aux gens, la simplicité, l’esprit de communauté, l'utilisation éthique de l'argent et des moyens de subsistance justes. Je me sentais totalement en phase avec cette approche. »

« La permaculture est devenue ma vocation et plus je travaillais sur le contenu, plus ça devenait intéressant et profond… des liens ont commencé à se créer avec des aspects particuliers autour de l'eau, des plantes et du sol. J'ai vu le design comme une philosophie, une pratique et le véritable sens du cours."


Après avoir découvert la permaculture, Rosemary a ensuite apporté ses idées au Vietnam, au Cambodge et ailleurs. Aujourd'hui, elle enseigne le design dans les Blue Mountains, où elle vit, et promeut les vertus du localisme.


Elle est également devenue auteur de nombreux livres sur la permaculture (6). D'abord, au milieu des années 1990, est venu le Earth Keepers Guide to Permaculture , puis un manuel destiné aux formateurs en permaculture basé sur le contenu de ce livre. Plus tard, elle a écrit un manuel sur la conservation des semences à utiliser dans les pays en développement.


Le développement se poursuit


Les années 1980 ont été une période de développement significative pour la permaculture.


Il y a eu l'ouverture du Crystal Waters Permaculture Village, le premier écovillage d'Australie, un projet mené par Max Lindegger (maintenant avec le Global Ecovillage Network) et son équipe. Declan et Margrit Kennedy, en Allemagne, ont enseigné le premier cours de permaculture urbaine, pour la première fois en prenant la permaculture au-delà du monde rural. Le Canadien Michael Linton a introduit le SEL (Local Exchange and Trading System) en Australie. En 1988, Bill a enseigné le premier cours de permaculture à une communauté aborigène à Alice Springs et la décennie a culminé avec la publication de Bill's Permaculture - A Designers' Manual, le plus important des textes de permaculture, toujours édité par Tagari Publications.


C'est à la fin de la décennie que le système de conception est apparu à la télévision devant un large public, grâce à l'ABC (Australian Broadcasting Corporation), un événement qui a suscité un intérêt inespéré pour le développement de la permaculture. Les deux premiers émissions mettaient en vedette Bill Mollison et la permaculture, l'un intitulé « Une grande menace de famine » (In Grave Danger of Falling Food) et l'autre, « une transformation de jardin en permaculture ».


Parmi les livres de Mollison, qui se sont vendus à plus de 100 000 exemplaires dans le monde, figurent The Permaculture Book of Ferment and Human Nutrition (1993) et son autobiographie, Travels in Dreams (1996).


Années 1990 – les années de consolidation… et d'expansion


Selon Robyn Francis, « la décennie a bien commencé pour la permaculture qui a continué à étendre son influence à l'étranger, dans les pays développés et sous-développés. La permaculture était encore loin d'être « mainstream » mais elle gagnait en respectabilité et en crédibilité. Les années 1990 ont apporté une croissance supplémentaire », poursuit Robyn Francis. "Mon propre projet, Jalanbah Ecovillage (7) a démarré dans la campagne de Nimbin, tout comme ma base d'enseignement de la permaculture et mon centre de démonstration de la permaculture, Djanbung Gardens (8). A noter également une autre émission télévisée, la série en quatre parties Global Gardener diffusée sur ABC, qui a augmenté la fréquentation des cours de permaculture ».


"A Sydney, la diffusion télévisée de Global Gardener a stimulé la participation à nos cours d'introduction à la permaculture et à nos cours de conception de permaculture, ce que d'autres éducateurs ont également rapporté", a déclaré Fiona Campbell, qui a dirigé une équipe d'éducation à la permaculture basée à Sydney qui a développé un cours de 110 heures de conception de permaculture urbaine. "Plus que les programmes télévisés précédents sur la permaculture, Global Gardener a présenté la permaculture au grand public d'une manière puissante".


Fiona Campbell a dirigé une équipe d'enseignants en permaculture qui a développé un cours de conception de permaculture urbaine à Sydney dans les années 1990 et a travaillé avec l'association Permaculture Sydney. À cette époque, Mollison s'était forgé une réputation de communicateur visionnaire de la permaculture. Il a remué son public et il était la voix publique du système de conception, une réputation qu'il s'était bâtie au cours de la décennie précédente. Il a beaucoup voyagé pour transmettre le message de la permaculture à un public à la fois enthousiaste et curieux.


Holmgren réapparaît


Alors que Mollison augmentait sa présence publique, Holmgren restait largement invisible aux yeux du public, testant tranquillement et activement les principes de la permaculture sur sa propriété à Hepburn Springs, à quelques heures de Melbourne.


En 1995, Holmgren a publié un ouvrage sous la forme d'un livre grand format, Ten Years of Sustainable Living at Melliodora sur son retour d’expérience de terrain. Cela exposait en détails la création de sa petite ferme productive et de son site de démonstration de permaculture qui comprenait une maison durable à énergie solaire passive, des plantations sur les courbes de niveau (Keyline) et ses plantations en arboriculutre.



David Holmgren dans sa propriété de démonstration en permaculture Melliodora.


D'autres études de cas et écrits ont suivi, y compris des études de cas sur les conceptions intégrées de maisons et de paysages créés par David Holmgren dans le sud-est de l'Australie. Plus récemment, est parue la publication phare de 2002, Permaculture - Principes et pistes d’actions pour un mode de vie soutenable. Popularisé grâce à une tournée de conférences qui a fait la promotion du livre, il a rapidement fait l’objet d’une attention particulière au sein de l’audience permacole. Le livre offrait une réinterprétation des principes de conception de la permaculture et ceux de Holmgren sont maintenant plus fréquemment cités bien qu'ils ne soient pas en contradiction avec les principes de Mollison.


La tournée nationale de Holmgren pour promouvoir son livre Permaculture a permis de rappeler au réseau de la permaculture internationale que David était toujours là, appliquant le système de conception sur son propre terrain, éclipsé un temps par la présence charismatique de Bill Mollison.


Cela a marqué l'émergence de Holmgren en tant qu'autorité la plus importante de la permaculture en Australie, une réputation renforcée plus tard par sa tournée de conférences avec l'écrivain américain à propos du pic pétrolier, Richard Heinberg. La popularité du livre Permaculture repose sur la réputation de Holmgren en tant que pionnier de la permaculture et sur son approche sérieuse des concepts de conception. Ceci, malgré l'apparition d'autres livres sur la permaculture depuis la publication du A Designer’s Manual de Mollison et du livre Permaculture 1 de Holmgren & Mollison. Il y avait également les livres de Patrick Whitefield au Royaume-Uni. De manière significative en Australie, le Earth Users Guide to Permaculture de Rosemary Morrow a été publié au milieu des années 1990, un livre qui, grâce à son style terre-à-terre, a atteint le statut d’ouvrage de référence pour un certain nombre de cours de conception en permaculture.


Ces dernières années, Holmgren est sorti de sa réserve, parlant et donnant des conférences dans le monde entier sur la permaculture et l’état du pic pétrolier et partageant la plate-forme avec d'éminents militants écologistes tels que Richard Heinberg. A ce jour, il continue de vivre avec sa famille sur sa propriété de Melliodora.


Retour aux sources


La chaîne montagneuse de Tweed Range se présente sous la forme d'un escarpement accidenté et escarpé recouvert d'une forêt subtropicale jusqu'aux collines moins escarpées du Queensland australien. Au fil des générations, les agriculteurs ont ouvert le paysage, défrichant ces collines pour faire paître leur bétail. C'est ce pays vallonné qui a attiré Bill Mollison et qui l'a amené à établir l'Institut de permaculture sur un bloc de 2 hectares au bout d'une route étroite et poussiéreuse non loin de la ville de Tyalgum.

Ici, Mollison et d'autres personnes vivant sur le site ont réhabilité les anciennes terres agricoles avec des cultures d'arbres et de légumes comme exemple de conception de permaculture rurale. Après quelques années, la ferme attenante est mise sur le marché et Mollison l'achète, créant ainsi l'Institut de recherche en permaculture.

Une expérience avec un Permaculture Commonworks (projet coopératif) a été lancée, un programme par lequel les individus ont eu accès à la terre, moyennant un loyer, sur lesquels ils pouvaient créer des entreprises génératrices de revenus. Un jardin maraîcher apparut sur un terrain plat près du ruisseau ; une plantation de bambou a été créée pour fournir des pousses pour le marché alimentaire et commercialiser des plants de bambou ; une parcelle de poulets fermiers a été clôturée; un coteau a été aménagé en terrasses et des arbres fruitiers tropicaux ont été plantés et un grand barrage a permis la création d’un étang qui été empoissonné à des fins alimentaires. Le programme a semblé prospérer pendant un certain temps grâce à l'enthousiasme des créateurs d'entreprises. Hélas, après quelques années, le projet est tombé à l’eau.

Vers la fin des années 1990, c'était une période de changement pour Mollison. Ayant vécu de nombreuses années sur la propriété de l'Institut dans une région subtropicale, il est rentré chez lui en Tasmanie pour écrire et enseigner de manière occasionnellement. L'Institut de recherche en permaculture (Permaculture Research Institute) (9) qu’il avait créé a été remis à son ami plus fidèle élève, le concepteur en permaculture Geoff Lawton et à son équipe. Lorsque la propriété a été vendue, Geoff a établi l'Institut de recherche en permaculture sur sa propriété Zaytuna Farm (10) près du village The Channon, dans le nord de la Nouvelle-Galles du Sud, pas très loin de l'endroit où Mollison l'avait initialement installé. Mollison a vécu sa vie avec sa femme, Lisa, à Sisters Creek près de Deloraine dans le nord de la Tasmanie où il est décédé en septembre 2016.


La permaculture – enfin reconnue


La permaculture est désormais reconnue en Australie, du moins dans les cercles du jardinage et de l'environnement, avec des « permaculteurs » qui apparaissent à la télévision nationale et écrivant pour de publications à grands publics.


Les principaux mouvements alternatifs, désormais également reconnus, ont été inspirés par des permaculteurs australiens, tant au niveau d’investissements éthiques en passant par le jardinage communautaire et le réseau national Seed Savers. Certains, comme le jardinage communautaire et les fermes urbaines, n'ont pas été établis à l'origine comme des projets de permaculture, mais les permaculteurs y ont rapidement trouvé un terrain fertile pour mettre en œuvre leurs idées. Northey Street City Farm à Brisbane, créée en 1994, a peut-être poussé le lien avec la permaculture le plus loin avec l'éducateur en permaculture, Dick Copeman, offrant les cours de certificat accrédités en permaculture ainsi que le cours traditionnel de conception en permaculture.


David Holmgren pense que la popularité de la permaculture est au moins en partie due à sa nature globale en tant que "... un système de conception pour un mode de vie soutenable et une utilisation respectueuse des terres, qui concerne à la fois la consommation et les modes de production basés sur des principes d'éthique et de conception universels qui peuvent être appliqués dans n'importe quel contexte ».


« C'est un mouvement international de praticiens, de designers, d'organisations et des réseaux », conclut-il.


S'internationaliser


La route depuis la plaine côtière est longue, étroite et poussiéreuse. Vers sa fin, elle s'élève à travers des terres agricoles et une forêt d'eucalyptus et se termine brusquement devant un vieux bâtiment en bois patiné à un endroit appelé Pappinbarra. Ici, en 1984, lors de sa première convergence internationale, la permaculture est née en tant que mouvement international. Étaient présents les premiers utilisateurs de la permaculture, les personnes qui contribueront à apporter le système de conception de la permaculture dans le monde.


Un grand nombre de praticiens a très largement diffusé le système de conception (comme Mollison s'y attendait), même si beaucoup n’affichent plus publiquement le terme « permaculture », préférant utiliser ses principes dans leurs occupations ou travaux communautaires - qu'ils soient agriculteurs, architecte, urbaniste, simple jardinier ou militant associatif.


La permaculture a commencé à s'infiltrer dans le nouveau domaine du gouvernement local de l'éducation à la durabilité. Si ce développement est important, c'est parce que l'approche précédente de l'éducation communautaire des gouvernements locaux, l'éducation environnementale, s'est principalement concentrée sur la conservation de l'environnement naturel, de l'eau et des déchets.


Même dans les années 1980, sans l'aide d'Internet, la permaculture s'est répandue rapidement.


La première conférence internationale sur la permaculture s'est tenue à Pappinbarra, en Australie, en 1984, donnant le coup d'envoi à son rayonnement international. La deuxième conférence internationale a eu lieu à l'Evergreen State College, Olympia, Washington (États-Unis) en 1986 et a réuni non seulement Mollison, mais le célèbre pionnier japonais de l'agriculture naturelle, Masanobu Fukuoka (auteur du livre La révolution d'un seul brin de paille: Une introduction à l'agriculture sauvage), et Wes Jackson, fondateur de 1976 du Land Institute (recherche sur l'agriculture pérenne aux États-Unis).


Guy Baldwin, rédacteur en chef et fondateur du magazine The Permaculture Activist, affirme que la conférence a été essentielle pour amener la permaculture au grand public aux États-Unis, bien que des cours et des conférences aient déjà eu lieu là-bas et qu'une organisation de réseautage, le Permaculture Institute of North America, avait été formé.


Il y a toujours une forte activité dans les cercles de la permaculture aux États-Unis, bien que Baldwin estime que, dans une certaine mesure, "la dynamique lancée par la permaculture au début des années 1980 a été largement engloutie par l'activisme dans d'autres mouvements "alternatifs" tels que l'agriculture biologique, l'agriculture durable et écologie profonde." Néanmoins, il se souvient d'un grand buzz autour de la conférence internationale qui a conduit à de nombreux cours et de nouvelles visites de Mollison.


En dehors des États-Unis, des conférences et des cours ont été organisés dans divers endroits, notamment en Nouvelle-Zélande, au Népal, au Zimbabwe et au Danemark. La conférence néo-zélandaise comprenait le cosmologiste Paul Davies et le fondateur du magazine Ecologist, Teddy Goldsmith, comme conférenciers principaux. Le dernier rassemblement international s'est tenu à São Paulo au Brésil en mai (2007), avec des penseurs alternatifs et innovants du monde entier.


De nombreux pays ont maintenant leurs propres organes et publications de pointe en matière de permaculture, parmi lesquels Permaculture Activist et, au Royaume-Uni, Permaculture Magazine.


L'avenir de la permaculture


Rosemary Morrow décrit comment elle voit l'avenir de la permaculture. « Je considère la permaculture aujourd'hui encore comme un prototype conçu il y a 50 ans et qui continue de croître et de s'étendre dans la vie des gens et de prendre des formes qui lui sont propres, surtout si l'on pense à la façon dont David Holmgren a établi les paramètres."


« Je me souviens que Mollison m'a dit que la permaculture est une question de choses tangibles. Aujourd'hui, je vois les éléments tangibles intégrés dans les éléments intangibles… les conversations, la solitude, les idées, les réflexions et les commentaires et les nouvelles découvertes dans chaque partie du programme de permaculture ».


Aujourd’hui, il a des milliers d’endroits qui promeuvent et qui servent d’exemples en permaculture sur tous les continents. En général, vous pouvez les visiter, y faire du volontariat ou suivre les cours de design certifiants PDC (Permaculture Design Course) et autres formations en lien avec l’habitat écologique, l’artisanat, le jardinage, la permaculture relationnelle…


En France, le mouvement est soutenu par l’Université Populaire de Permaculture - UPP (11) et l’association Brin de Paille (12). En Belgique, depuis 2023, le réseau francophone s’organise et se structure au travers du PERMANANT (13).


Biographies :


Russ Grayson est un journaliste qui a enseigné la conception de la permaculture, travaillé sur des projets de développement international et est actif dans les questions de sécurité alimentaire en Australie.

Steve Payne est rédacteur en chef du magazine Organic Gardener en Australie et était un ancien rédacteur en chef du Permaculture International Journal.


REFERENCES :

  1. https://melliodora.com/property/

  2. https://www.clubofrome.org/ltg50/#:~:text=11%20March%202022%20%2D%20The%201972,the%20end%20of%20this%20century

  3. https://crystalwaters.org.au/

  4. https://www.tagaripublications.com/permaculture-designers-manual/

  5. https://robynfrancis.com.au/category/permaculture/djanbung-gardens-permaculture/

  6. https://store.holmgren.com.au/product-category/authors/rosemary-morrow/

  7. https://permaculture.com.au/jarlanbah-community/

  8. https://permaculture.com.au/djanbung-gardens/

  9. https://www.permaculturenews.org/contact-us/

  10. https://www.zaytunafarm.com/

  11. https://permaculture-upp.org/

  12. https://asso.permaculture.fr/

  13. https://www.permanant.org/

A propos de l’auteur :


Jean-Cédric Jacmart est la personne source de la ferme de Desnié et de la coopérative Le Petit Monde de Desnié. Passionné par l’éthique et les outils offerts par le mouvement de la permaculture depuis 2013, il est animé par le questionnement de l’empreinte écologique et des dégâts infligés à l’environnement par les activités humaines. Il a suivi plusieurs cours certifiés de Design en permaculture (PDC/CCP), notamment à la ferme du Bec Hellouin en Normandie, au Viel Odon en Ardèche et en Jordanie dans la cadre de l’opération « Greening the desert » avec Geoff Lawton.

Formateur, auteur et designer, il est le co-fondateur des bureaux de design en permaculture Padia et Canopy Design, qui conçoivent des projets de fermes et de lieux productifs, résilients, soutenables et solidaires en Belgique, Luxembourg, France, Espagne, Maroc, …




Le Petit Monde de Desnié est une école et une microferme laboratoire de référence en permaculture. Nous enseignons la science et l’art de créer des lieux de vie harmonieux, productifs, autonomes et solidaires.


www.desniepermaculture.com



bottom of page